IUT

L’organisation des examens en IUT GEA

Dans cet article, vous pourrez retrouver les conditions de notation, les difficultés pouvant être rencontrées ainsi que des conseils pour réussir vos examens.

La notation des examens

Le DUT se décompose en quatre semestres. Pour l’obtenir, il faut tous les valider. Valider son semestre, c’est obtenir une moyenne générale égale ou supérieure à 10 sur 20 et une moyenne par unité d’enseignement (UE) égale ou supérieure à 8. Si vous ne validez pas votre semestre, il est possible de le valider par compensation avec le semestre qui suit.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le système universitaire : Une unité d’enseignement regroupe plusieurs modules. Un module équivaut à une matière (économie, mathématiques, anglais…) et peut être évalué par des contrôles continus et/ou des contrôles finaux, aussi appelés partiels. Le programme pédagogique national (PPN) des IUT GEA définit les différents modules, leurs coefficients et leurs volumes horaires même si chaque IUT a une part de liberté. Les modules proposés peuvent donc différer d’une ville à une autre.

Les difficultés

Dans cette formation permettant d’obtenir le DUT GEA, on retrouve trois types de matières :

  • Les matières théoriques comme le droit, l’économie ou encore l’introduction à la gestion des ressources humaines. Pour ces matières, un temps de mémorisation plus important est demandé.
  • Les matières dites pratiques telles que les mathématiques, la comptabilité demandent du temps pour assimiler les méthodes et les formules.
  • Les matières professionnelles avec le stage et les projets tutorés demandent une implication personnelle plus grande.

En fonction de vos compétences, vous pourrez donc trouver plus de difficultés dans une des catégories.

En outre, comme vous pouvez le voir dans l’exemple de PPN, les coefficients des différents modules ne diffèrent pas énormément. On ne peut pas se contenter de nos points forts. La difficulté de cette formation est donc d’être bon partout.

Enfin, la plupart des enseignants donnent régulièrement des contrôles aux étudiants en plus des partiels. Ceux-ci comptent généralement beaucoup plus dans la moyenne du module que le reste des contrôles du semestre. La réussite se base donc en partie sur une bonne organisation et sur une bonne écoute en cours.

privacy Je déteste les spams : je ne donnerai jamais votre email.

Quelques conseils

« Connais-toi toi-même » Socrate

Tout d’abord, essayez de trouver le moment de la journée où vous êtes le plus efficace. Certains seront plus du matin ou du soir, lorsque d’autres préfèreront travailler sur les temps de pause du midi par exemple. Cela vous permettra de concocter un planning de révision environ un mois avant les « partiels » vous assurant les meilleurs résultats possibles. (Attention : cela n’empêche pas le travail régulier tout au long de l’année !!)

Dans ce planning, le mieux est d’établir des priorités : accorder plus de temps sur vos points faibles, commencer plus tôt le travail de mémorisation des matières comme le droit, se fixer un nombre d’exercice par jour…

Vous savez maintenant quand réviser, mais il faut savoir comment réviser. L’important avant de commercer est de savoir quelle mémoire vous avez. En effet, vous pouvez toujours utilisez votre mémoire courte avec des fiches de révision mais vous perdrez tout le bénéfice de votre travail quelques semaines après l’évaluation.

Sachez qu’il existe trois types de mémoires. Plusieurs sites proposent des tests afin de déterminer laquelle de ces mémoires est la vôtre. En attendant, voici quelques conseils :

  • Pour la mémoire visuelle : les recommandations pour ce type de mémoire sont de prendre des notes, d’effectuer des couleurs et des schémas. Vous pouvez aussi essayer les « mindmap », très efficace pour ce type de mémoire. (http://www.mindmapping.com/fr/) et découvrez comment apprendre vos leçon avec le minmapping
  • Pour la mémoire auditive : la mémorisation auditive passe beaucoup plus par l’écoute en cours. Vous pouvez aussi demander à des amis de vous expliquer les cours, regarder des vidéos explicatives ou tout simplement lire vos cours à voix haute. Enfin, évitez de travailler dans le bruit.
  • Pour la mémoire kinesthésique : cette mémoire des sens, beaucoup plus rare, suggère plutôt de prendre des notes, de commenter le cours et pourquoi pas d’effectuer un travail de réécriture. On conseille souvent à ces personnes d’éviter de rester statique en apprenant.

En plus d’appliquer ces conseils, je ne vous apprends rien en vous disant que les fiches de révision sont un bon moyen de synthétiser le cours afin de retenir l’essentiel.
Enfin, le problème le plus fréquent à ce stade : la motivation. Pour pallier ce syndrome très répandu chez nous, les étudiants, vous pouvez organiser des sessions de révisions avec vos amis par exemple et découvrez ici 3 techniques scientifiques pour rester motivé pendant ses études. Pour les solitaires, travailler à la bibliothèque universitaire peut être une solution pour éviter d’être déconcentrer.

Laisser un commentaire